Blog

Les soft skills, quand les identifier ?

Toute entreprise recherche la perle rare, l’employé modèle qui contribuera à accroitre ses performances. Il n’est pas rare désormais dans le monde professionnel de rechercher outre les compétences techniques des aptitudes spécifiques qui distinguent le candidat. Ce sont les soft skills ou littéralement les compétences douces. Si vous êtes spécialisé en Ressources humaines, vous trouverez dans la suite de cet article toutes les informations relatives aux soft skills. 

Que sont les soft skills ?

Les soft skills sont des compétences qui relèvent de la personnalité. Ils ne sont pas à contrario des hard skills, des connaissances thématiques ou une aptitude à réaliser des tâches. Les soft skills sont surtout liées à la personnalité, au savoir-être ou aux habiletés naturelles. On les considère aussi comme des compétences en lien avec notre expérience de vie, et ils sont en conséquence difficiles à évaluer et surtout à définir en fonction de la nature du poste.

Encore appelées compétences transversales ou non-académiques, les soft skills évoquent notre savoir-être. Elles se traduisent dans les actes et comportements individuels lors d’une situation donnée. Les soft skills ne doivent pas être confondues avec les états émotionnels qui relèvent de notre manière à réagir à un instant précis. Mieux, ce sont surtout des ressources acquises et développées par l’individu dans différents contextes (formatifs, professionnels ou personnel), tout au long de sa vie.

Quels sont les soft skills à maîtriser ?

Les soft skills sont importantes dans le processus de recrutement. En dépit de l’automatisation ou de la robotisation que subit le monde du travail, il n’en demeure pas moins évident qu’il serait complexe d’attribuer à l’intelligence artificielle des compétences humaines. Si vous souhaitez donc recruter un travailleur performant, mais doté de belles qualités humaines, vous devrez prendre en considération certaines soft skills.

Tout d’abord, nous avons la résolution de problèmes. Elle évoque notre capacité à résoudre les situations complexes. C’est une capacité indispensable chez tout manager. Celui-ci doit pouvoir prendre des décisions destinées à dénouer toute complexité que rencontre l’entreprise.

Si vous recherchez un bon manager, il vous faudra apprécier son adaptabilité. Face aux rebondissements économiques et récemment sanitaires auxquels font face les entreprises, il est important que le futur employé puisse intégrer les changements, s’acclimater et proposer des approches de solutions susceptibles de maintenir le bon fonctionnement de l’entreprise.

Par ailleurs, le futur salarié devra aussi posséder une certaine intelligence émotionnelle. C’est une soft skill qui fait appel à la capacité de l’individu à comprendre, à maitriser ses propres émotions et surtout composer avec celles des autres. Cet employé doit pouvoir lire les émotions et détecter l’émotion ayant provoqué une situation. Presqu’un psychologue, le futur employé doit donc posséder un bon mental pour gérer le lot d’émotions que ressentent ses collègues.

Et, on ne saurait parler de soft skill sans évoquer la créativité qui est la capacité à sortir des sentiers battus, à innover et à se démarquer afin que l’entreprise réponde aux attentes de sa clientèle.

Considéré comme une soft skill indéniable, l’esprit d’équipe est cette compétence nécessaire pour maintenir la cohésion au sein des collaborateurs. Tout employé doit faire preuve d’un esprit d’équipe pour avancer tous ensemble tout en respectant le champ d’action de chacun. L’esprit d’équipe suggère la priorisation de l’intérêt commun au détriment de l’intérêt personnel.

Que l’on engage un simple collaborateur ou un manager, il urge que celui-ci soit autonome. Il ne s’agit pas de travailler seul, mais plutôt de faire preuve d’initiative et de ne pas rechercher à tout prix l’aval de son supérieur hiérarchique. Il faudra donc être capable de prendre les bonnes informations au bon moment et d’en traiter les données ou les actions selon son champ d’action.

Comment intégrer les soft skills dans le processus de recrutement ?

L’environnement professionnel évolue en permanence. Pour cette raison, il est important, en tant que recruteur, de mettre en place de nouveaux formats de recrutements qui intègrent l’appréciation des softs skills. Il s’agit en général du test de personnalité. L’attention portée aux compétences comportementales doit commencer dès l’instant où germe l’idée d’agrandir ou de faire évoluer votre équipe.

Un test de personnalité permet par exemple de discerner la vivacité d’esprit, les capacités de raisonnement, la logique verbale ou numérique. Déployé en amont de l’entretien, il va vous permettre de mieux structurer vos questions d’entretien, mais il faut avant tout bien analyser les besoins de l’entreprise et la fiche de poste, car certaines compétences ne sont pas nécessaires.

En utilisant la méthode STAR lors de l’entretien, vous faites appel à l’expérience du candidat en lui demandant de se mettre en situation. Ceci l’oblige à puiser dans la réalité et non dans des réponses toutes faites. Cette activité permet de se faire une idée de ces fameux « soft skills » qui conditionneront son adaptabilité et son épanouissement au sein de l’entreprise.

Au final, on retient que les soft skills sont des compétences dites douces qui complètent l’ensemble des compétences recherchées dans un processus de recrutement. Ces compétences transversales qui ont trait à la personnalité du candidat permettent de repérer des indicateurs utiles. Les soft skills déterminent la potentialité d’un candidat à intégrer votre équipe et à accroitre la productivité de la firme. N’hésitez pas donc à faire usage d’une batterie d’outils dont les jeux de rôles, questionnaires de personnalité ou tests de raisonnement afin de cibler au mieux les soft skills des candidats rencontrés.

User Reviews

RÉPONSE
Annuler